gecko

______Au lieu de grimper dans les rideaux _______
peut-être pourrons-nous un jour grimper sur les murs,
comme un gecko



Les pattes du gecko et ses nombreux ______setae______,
des micro-poils à têtes multiples pour des contacts atomiques fins
permettant des attirances amoureuses entre molécules et atomes solitaires.
Des attirances à vous faire coller au plafond en courant d'un mur à l'autre.
Tout ça régi par les forces dites de VDW ou de
_________Van der Waals____________(*)


Johannes Diderik van der Waals (Crédit : 2007 Soylent Communications)
A écrit les premières équations
qui ont permis la compréhension du truc du gecko
puis la conception du robot-grimpeur,
Peut-être un jour, les prochaines
____bottes à dérapage zéro ou total à volonté_____,
(et peut-être de nos prochaines bottines de super-escaladeur?)
pour résoudre les problèmes qui sont sans bon sens
et qui font qu'on se dit parfois que
_______le monde est à l'envers...._____

ou ce robot grimpeur :

____le ___ robot-grimpeur___ qui grimpe aux murs,
qu'il soient lisses et luisants comme du verre propre
(ou même tout à fait poussiéreux ,(**)
Parce qu'il triche avec de l'électro-magnétisme,
- la force qui vous fait parfois dresser les cheveux sauvages sur la tête -
(des micro-champs)
qui se fichent de la poussière ou même des corps gras
à 1 km/hre.


________CLIC_______ pour écouter le _____cri du gecko______

______ __©__
________________{^ *L* ^}___e renard coi


(*) Les forces de Van der Waals ont plusieurs origines. On dénombre trois effets :
Les forces de Keesom ou effets d'orientation.
Les forces de Debye ou effets d'induction.
Les forces de London ou effets de dispersion.
L'énergie des forces de Van der Waals EVdW peut donc
se formuler sous la forme :

Les trois termes de cette expression peuvent être
décomposés de la manière suivante :

Cette énergie est liée aux Forces de Keesom
, dues à l'interaction entre deux molécules polaires.

L’interaction dipôle-dipôle est beaucoup plus faible qu’une attraction ion dipôle puisque l’attraction se produit entre charges partielles. L’énergie potentielle typique de ce type d’interaction est de l’ordre de 2 kJ/mol ou moins. Cette interaction peut aussi être vue comme étant une attraction mutuelle de dipôles électriques de deux molécules polaires voisines. L’énergie potentielle de deux molécules polaires varie de façon inversement proportionnelle avec la distance à la puissance 6 entre le centre des dipôles de chacune de ces molécules.

Cette énergie est liée aux forces de Debye, dues à l'interaction entre une molécule polaire et un dipôle induit.

Cette énergie est liée aux forces de dispersion de London entre dipôles instantanés.
Ici, on a utilisé les notations suivantes : ε0 est la constante diélectrique du vide, h la constante de Planck, k la constante de Boltzmann. T est la température absolue et r la distance moyenne entre les molécules considérées. On note μ les moments dipolaires des molécules considérées, α les polarisabilités électriques, et I l'énergie d'ionisation de l'espèce chimique.
Ces forces peuvent s'exprimer de manière différente, lorsque les distances entre les molécules mises en jeu deviennent plus grandes que quelques nanomètres. Il faut alors prendre en compte les effets de retard dus à la propagation de la lumière avec une vitesse finie (forces de Casimir-Polder).

(**) les pattes du gecko sont d'ailleurs auto-nettoyantes,
les particules de poussière complètement groupies
préférant toujours la foule de molécules d'un grande surface
à la compagnie des atomes isolés des utrafines setae.